Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 18:16

Ci-après une information sur l'évènement organisé par Bagneux au féminin :

Lorsqu’on parle de nos banlieues ou de nos quartiers, c’est pour dire que tout va mal.

Et lorsque dans ces mêmes banlieues et quartiers il s’y passe de belles choses, personne n’en parle.

L’Association Bagneux au Féminin a créé les « Trophées de la Fraternité » pour mieux faire connaître et reconnaître les habitants de notre commune qui, au quotidien, mènent des actions pour le maintien de la cohésion sociale.

La remise des Trophées de la Fraternité, 1ère édition, aura lieu le Samedi 20 septembre 2008, à la Salle des Fêtes Léo Ferré, à Bagneux.


Pourquoi les Trophées de la Fraternité ? C’est pour :

 - Lutter contre les discriminations et les exclusions, pour l’égalité des chances ;
 - Promouvoir la diversité culturelle et la richesse de nos quartiers et de nos communes ;
 - Récompenser les initiatives, les parcours exceptionnels, les actions ou des initiatives jugées remarquables ;
 - Favoriser la connaissance des cultures, la citoyenneté et la cohésion sociale ;
 - Valoriser les apports de toutes les citoyennes et citoyens des quartiers ;
 - Tisser, développer et renforcer les liens sociaux, culturels et intergénérationnels ;
 - Faire évoluer les regards et les mentalités en direction des personnes d’origine étrangère ;
 - Promouvoir et développer les relations de voisinage, de mixité sociale, culturelle et des moments de convivialité incitant ainsi les habitants à y participer. 


Huit trophées seront attribués par champs d’intervention possibles et selon les dossiers reçus :


1 - Association de femmes : capacité de mobilisation personnelle, d’organisation, d’investissement et de dynamisme,

2 - Création d’entreprise innovante ayant des perspectives de développement avec création d’emploi,

3 - Citoyenneté : implication, participation à la vie publique et sociale,

4 - Solidarité Internationale : qualité de l’action,

5 - Femme d’Exception,

6 - Promotion de la diversité culturelle : ouverture vers les autres cultures,

7 - Parcours d’accueil et d’intégration : personne locale qui a parrainé, aidé et/ou favorisé l’intégration d’un étranger,

8 - Parcours d’intégration réussi : à destination des personnes étrangères.

Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon - dans Droits des femmes
commenter cet article
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 16:01

Communiqué de la LDH : 

 

Le voyage de Benoît XVI en France amène la Ligue des droits de l’Homme à rappeler quelques principes qui lui paraissent essentiels.

 

Si nul n’entend contester à l’Eglise catholique le droit de s’exprimer au sein de l’espace public, ceci n’impliquait pas une telle occupation de cet espace. Au point qu’il apparaît que Benoît XVI bénéficie ainsi de privilèges dont nul chef d’Etat n’a bénéficié, pas plus, d’ailleurs, qu’une organisation laïque ou confessionnelle. Ce sont les citoyens qui pâtissent de cette démesure.

 

A celle-ci s’ajoute que la remise en cause du pacte laïque par le président de la République, exprimée au Latran et à Ryad, et la volonté qu’il a maintes fois manifestée de modifier la loi de 1905 ne peuvent que donner le sentiment que cette visite comprend une dimension politique destinée à remettre en cause le dispositif laïque français.

 

Rappelant que ce dispositif est le fruit d’un compromis qui permet à chacun de vivre sa foi ou son absence de foi comme de partager des valeurs communes grâce à un pacte civique qui exclut que les confessions débordent sur le champ politique ou imposent leurs normes à d’autres que leurs membres, la LDH est totalement attachée au maintien de ce dispositif. Dans un moment où il faut mettre notre société à l’écart du communautarisme et y rétablir l’égalité des droits, sérieusement malmenée par les conditions sociales et les discriminations, la remise en cause de la laïcité porterait atteinte à la paix civile.

 

Par ailleurs, la LDH tient à souligner que le principe d’égalité entre les hommes et les femmes est un principe constitutionnel. Visiblement l’Eglise catholique, comme toutes les autres confessions, n’a pas su se réformer sur ce point et continue à vouloir restreindre les libertés des femmes, notamment celle d’avorter. Sur ce point, la LDH réaffirme qu’il n’est pas du pouvoir des églises d’interdire aux femmes le plein exercice de leur liberté de choix.

 

Plus généralement, les normes de l’Eglise catholique ou d’une autre confession n’ont pas à être imposées à l’ensemble d’une société, au risque d’ailleurs de produire des effets désastreux pour certaines d’entre elles, par exemple lorsque l’usage du préservatif est prohibé.

 

C’est pourquoi la LDH entend rappeler que le socle laïque que nous avons construit est un bien commun qu’il nous appartient de préserver et de renforcer, parce qu’il est un des éléments essentiels de notre liberté de conscience.

 

 

Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon - dans Laïcité et religions
commenter cet article
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 15:48

La LDH est signataire du communiqué commun ci-après :

Étrangers : silence on enferme !

 

Le ministère de l’immigration vient de faire paraître un appel d’offre relatif à « l'information en vue de l'exercice » des droits des étrangers dans les centres de rétention administrative suite à la publication d’un décret en date du 22 août 2008.

 

Cet appel d’offre intervient dans un contexte très préoccupant, que traduisent notamment :

-          les quotas d'expulsion, qui induisent non seulement des interpellations tous azimuts, mais aussi des dérives scandaleuses de la part des services des préfectures et de la police,

-          la généralisation des rafles d'étrangers,

-          la mise en place de fichages de tous les étrangers (fichier Eloi) http://www.iris.sgdg.org/info-debat/comm-eloi1006.html ou de leurs soutiens (fichier Edvige) http://nonaedvige.ras.eu.org/,

-          l’adoption de la directive de la honte dite « retour », le 18 juin 2008, par le Parlement Européen,  qui systématise l'enfermement des migrants http://www.directivedelahonte.org/downloads/argu_FR.pdf,

-          la construction exponentielle des centres de rétention dans toute la France,

-          l’externalisation des lieux de rétention hors des frontières de l’Union européenne,

-          des conditions quotidiennes de rétention dénoncées tant par les retenus étrangers http://www.migreurop.org/article1256.html, les associations et les parlementaires que par des instances européennes ou internationales,

-          l'arrogance du gouvernement face aux critiques de sa politique d’immigration, qui détruit des familles, expulse des enfants, pousse au désespoir et va jusqu'à provoquer des morts,

-          la remise en cause du travail de la Cimade, qui permet à des milliers d’étrangers de faire valoir leurs droits devant les juridictions françaises (tant sur leurs conditions d’interpellation, de rétention et de reconduite à la frontière) et de faire connaître ce qui se passe dans les lieux de rétention,

-          les tentatives (notamment dans le cadre d’une réforme constitutionnelle) de mettre au pas les juges qui sanctionnent les pratiques illégales des préfectures et les violations des droits des étrangers retenus.

 

Aujourd’hui, le gouvernement veut rendre muettes et dociles les associations qui interviendraient dans les centres de rétention en :

-          divisant en « lots », pour mieux régner, les divers sites d'intervention des associations,

-          écartant les regroupements d'associations de l'appel d'offres, ce qui rendra très difficile l'élaboration de bilans nationaux sur la situation dans les lieux de rétention,

-          obligeant ces associations à distribuer la documentation fournie par l’administration,

-          imposant à ces intervenants – sous la menace financière d’une rupture sans indemnité - un devoir de neutralité et de confidentialité, obligations incompatibles avec la défense effective des droits des étrangers placés en rétention.

 

En bref, le ministre de l'immigration veut des associations aux ordres, afin que les centres de rétention, loin de tout regard critique, redeviennent des espaces sans contrôle.


Premiers signataires : Act'Up-Paris, ADDE (Avocats pour la défense des droits des étrangers), AFVMC-CAMEROUN (Aide aux familles et victimes des migrations clandestines), AHSETI (Association havraise de solidarité et d'échanges avec tous les immigrés), Les Alternatifs, Alternative libertaire, AMDH (Association mauritanienne des droits de l'Homme), AME (Association malienne des expulsés), Anafé (Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers), APSR (Association d'accueil aux médecins et personnels de santé réfugiés en France), ASDHOM (Association de défense des droits de l'Homme au Maroc), ATF (Association des Tunisiens en France), Autremonde, Catred (Collectif des Accidentés du Travail handicapés et retraités pour l'Egalité des Droits), UL CGT du douaisis, Cie Etc...Art, CNCU (Coordination Nationale des Collectifs unitaires pour une alternative au libéralisme), Collectif pour les Droits des sans-papiers de Montreuil, Collectif SOlidarité Migrants OIse, Comité Tchétchénie, Cordillera (Association franco-chilienne), DIEM (Droit et immigration Europe-Maghreb), Droits devant !!, Elena (Association d'Avocats liés au Comité européen des Réfugiés et Exilés), Emmaüs France, Emmaüs International, Fasti (Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés), Fédération Sud éducation, Femmes de la Terre, France Amérique Latine, FTCR Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives, Gauche Alternative/Champigny et environs, Gas (Groupe accueil et solidarité), Gisti (Groupe d'information et de soutien des immigrés), (Immigration Développement Démocratie), Ipam (Initiatives Pour un Autre Monde), LCR (Ligue communisme révolutionnaire), Ligue des droits de l'homme, Mille Bâbords, Montgolfière (association d'aide aux demandeurs d'asile), Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples), Parole Citoyenne, PCF (Parti communiste français), Plate-forme Migrants et Citoyenneté européenne, Rajfire (Réseau pour l'autonomie des femmes immigrées et réfugiées), Rénovaction-Socialiste, Réseau Chrétiens Immigrés, Réseau Foi et Justice Afrique-Europe, RESF (Réseau éducation sans frontières), REMDH (Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme), Salam Nord/Pas-de-Calais, Solidarité migrants, SOS soutien aux sans papiers, Terre des Hommes France, T'OP! (Théâtre de l'Opprimé), Unef (Union nationale des étudiants de France)...

Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon - dans Immigration
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 18:09
Fin juin, Patrick Alexanian, Conseiller général et conseiller municipal de Bagneux, a interpellé le président du Conseil général des Hauts-de-Seine au sujet des conditions de détention à la Maison d'arrêt de Nanterre.

Il précisait notamment  qu'à  "la maison d'arrêt des Hauts-de-Seine de Nanterre, une large majorité de la population pénale est jeune et originaire du département 92. Construite pour 600 places, on compte 950 détenus, dont une soixantaine en milieu ouvert. [...] La surpopultaion est importante, ce qui entraîne des conséquences dramatiques à différents niveaux : c'est d'abord une violation continuelle de la dignité du détenu, c'est également une situation qui rend difficile l'exercice des métiers de l'administration pénitentiaire".

Face à la détresse sociale dans laquelle sont plongés les détenus, Patrick Alexanian propose la mise en place d'un parteneriat entre le Conseil général et la Maison d'arrêt de Nanterre afin que le Département mette ses compétences, notamment dans le domaine de l'aide sociale et de la culture, au service de l'administration pénitentiaire et des détenus.

Reste à savoir si cette louable proposition sera reprise par le Conseil général...
Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon - dans Prisons
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 09:14

Communiqué commun de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), la Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen (LDH), l'Association africaine des droits de l'Homme (ASADHO), la Ligue des Electeurs (LE), la Ligue des Femmes pour le Développement et l’Education à la Démocratie (LIFDED) et le Comité des Observateurs des Droits de l’Homme (CODHO) :

Paris, Kinshasa, le 8 septembre 2008 – La FIDH et ses organisations membres et partenaires en France, la LDH, et en République démocratique du Congo (RDC), l'ASADHO, le Groupe Lotus, la Ligue des électeurs, le CODHO et la LIFDED, se félicitent de l'ouverture demain du procès devant la Cour d'assises de Paris contre Didier Bourguet, accusé de violences sexuelles sur mineurs alors qu'il était fonctionnaire au sein de la Mission de maintien de la paix des Nations unies en RDC (MONUC).

« Nous espérons que ce procès permettra de mettre en lumière la banalisation des violences sexuelles commises en RDC et la souffrance des victimes qui souhaitent voir leurs droits à la justice et à la réparation respectés. Ce procès symbolise l'importance de briser l'impunité des responsables de violences sexuelles en RDC et de réprimer les agissements criminels de certains membres de forces de maintien de la paix, censées protéger la population civile », a déclaré Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH.

M. Bourguet, de nationalité française, mis en examen devant les juridictions françaises en novembre 2004, est poursuivi pour viol et corruption de mineurs, notamment de moins de 15 ans, et détention d'images de mineurs à caractère pornographique. Une victime directe, âgée de 12 ans au moment des faits, est constituée partie civile dans ce dossier et participera au procès. Son père, qui est à l'origine de la dénonciation des faits à la MONUC et aux autorités congolaises, interviendra en tant que témoin. Suite à ces dénonciations, la jeune fille et son père avaient du fuir la RDC.

Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon - dans International
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 09:11

Communiqué commun de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), la Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen (LDH) et l'Association  Mauritanienne des droits de l'Homme (AMDH) :

Paris, Nouakchott, 8 septembre 2008 – La FIDH et ses organisations membres en France, la LDH, et en Mauritanie, l'AMDH, se réjouissent de la récente émission d'un mandat d'arrêt international contre M. Mohamed Abdallahi Ould Abdallahi, dit Deddahi, par le juge d'instruction de Clermont-Ferrand chargé d'enquêter sur les actes de torture commis en Mauritanie à l'encontre de M. Mohamed Baba,

« L'émission de ce mandat d'arrêt international va dans le sens de notre combat contre l'impunité des responsables de crimes de torture en Mauritanie », a déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH.

La FIDH, la LDH et l'AMDH appellent les autorités mauritaniennes à exécuter le mandat d'arrêt international et remettre le commissaire Deddahi à la justice française.

M. Deddahi, commissaire principal à Nouakchott, cousin du chef de l’État mauritanien de l'époque, directeur de la sûreté d’État et responsable de la police politique, figure parmi les personnes visées par la plainte déposée par M. Mohamed Baba, la FIDH et la LDH le 3 juin 2002 auprès du procureur du Tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand. Cette plainte vise des membres et hauts responsables de la direction de la sûreté de l’Etat mauritanien, ainsi que le ministre de l’intérieur et toute personne qui auraient participé aux actes de torture perpétrés contre M. Baba lors de son séjour en Mauritanie en avril 20021.

Alors qu’il rendait visite à sa famille, M. Baba, ressortissant français d’origine mauritanienne est interpellé le 12 avril 2002, au lendemain de son arrivée, et emmené à la direction de la Sûreté de l’Etat à Nouakchott. Pendant les neuf jours de sa détention, les autorités mauritaniennes tentent d'établir un lien entre M. Baba et un mouvement d'opposition non reconnu, en utilisant diverses techniques de torture, dont celle dite du « jaguar » ou celle du « debout-assis », ou encore des pressions psychologiques.

Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon - dans International
commenter cet article
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 20:42

Communiqué de la LDH : 

 

La conférence ministérielle sur le droit d’asile organisée les 8 et 9 septembre par M. Hortefeux illustre parfaitement le fossé qui sépare la machine inter gouvernementale européenne des réalités humaines, des sociétés civiles et des attentes des citoyens d’Europe.

 

Le droit d’asile n’est plus aujourd’hui dans l’Union européenne qu’une peau de chagrin gérée comme une variable d’ajustement des politiques migratoires. La Coordination française pour le droit d’asile vient de publier un rapport accablant « La loi des ‘Jungles’ » sur le sort inhumain réservé à des milliers de demandeurs d’asile après la fermeture du camp de Sangatte. Or, l’après-midi de la conférence annoncée comme réservée à l’écoute des sociétés civiles s’est réduit à une succession de discours de hauts fonctionnaires se félicitant d’une coopération inter gouvernementale sans cesse plus serrée, les associations et ONG disposant ensuite de quelques minutes pour poser cinq ou six questions.

 

Trois heures de communication gouvernementale, trois quarts d’heure pour les citoyens : tel est le niveau de considération de la présidence française de l’Union européenne pour l’expression indépendante des sociétés civiles.

 

Après que plusieurs ONG eut exprimé leur frustration devant ce simulacre, le secrétaire général du ministère français de l’Identité nationale annonça qu’il rendrait compte demain aux ministres européens de « l’unanimité des ONG pour participer au processus ».

 

A ceux qui cherchent les causes de la désaffection spectaculaire et persistante des citoyens pour la construction européenne, cette conception du débat apporte une réponse dont on se demande si les gouvernants ont véritablement conscience aujourd’hui.

Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon - dans International
commenter cet article
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 15:04
Ce matin, la LDH, comme chaque premier dimanche du mois, la LDH était présente sur le marché de Malakoff.

Cela a été l'occasion de s'associer avec le Comité de soutien à Taoufik et faire signer la pétition pour exiger son retour à Malakoff : http://www.taoufik-doit-revenir.com/index.php?pg=petition

Mais c'était aussi l'occasion de rappeler les dangers du fichier Edvige qui restreint notamment nos libertés de militantisme : http://nonaedvige.ras.eu.org/ 
Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon
commenter cet article
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 14:33

Ci-dessous communiqué de la Cimade :


La Cimade a pris connaissance avec stupéfaction du nouveau décret et du nouvel appel d'offres relatif à la défense des droits des étrangers dans les centres de rétention administrative.

Le ministère de l'Immigration semble engager un processus de démantèlement de toute possibilité sérieuse d'accompagnement et de défense des droits des étrangers en rétention
•en ouvrant la mission à toute « personne morale »,
•en émiettant par la concurrence cette mission en huit lots distincts,
•en bloquant la possibilité pour les associations d'y répondre en concertation dans le cadre d'un groupement,
•en supprimant ainsi toute vision et cohérence d'ensemble.

Innovation particulièrement choquante, les textes veulent contraindre les associations à un devoir de neutralité et de confidentialité, interdisant de fait la fonction – fondamentale – de témoignage sur une question aussi sensible en matière de respect des droits humains.

Les textes diffusés par le ministère de l'Immigration apparaissent ainsi comme une remise en cause majeure de l'effectivité des droits des étrangers et comme la volonté de supprimer tout regard et expression de la société civile sur la réalité des centres de rétention.

Au-delà des inquiétudes que la Cimade avait pu exprimer, les textes contredisent ainsi de nombreux engagements que Brice Hortefeux lui avait donnés au début de l'été. En lien avec le Secours catholique avec lequel un partenariat était projeté et annoncé, la Cimade demande à rencontrer le ministre dans les meilleurs délais afin d'obtenir les éclaircissements indispensables.

Une fois ces clarifications obtenues, la Cimade déterminera la façon dont elle poursuivra, en tout état de cause, son action de soutien, de solidarité et de défense des droits des étrangers placés en rétention.

Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon - dans Immigration
commenter cet article
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 15:42

La section locale de la LDH participera au Forum des associations de Montrouge qui se tiendra le samedi 13 septembre de 10 h à 19h au Stade Maurice Arnoux.

L'occasion de nous rencontrer, mieux nous connaître... et adhérer.

Repost 0
Published by LDH Malakoff-Bagneux-Montrouge-Châtillon
commenter cet article

Présentation

  • : Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • : Présentation des actions de la LDH dans le sud du département des Hauts-de-Seine
  • Contact

Recherches Sur Ce Site