Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 22:38

Les agressions contre Christiane Taubira ont inauguré de façon spectaculaire le retour d’un racisme désinhibé dans le débat politique.

La nomination de Najat Vallaud-Belkacem comme ministre de l’Éducation nationale a littéralement déchaîné contre elle un torrent de boue et d’abjections. S’y mêlent, pêle-mêle, le rejet de l’étranger et pire encore, de l’étrangère ou étiquetée telle, la dénonciation de la supposée musulmane, porteuse ou non d’un voile, la haine, enfin, contre la femme de conviction, militante de l’égalité entre femmes et hommes, et aujourd’hui à la direction d’un ministère où sont défendues les valeurs de l’école laïque et républicaine.

Orchestrée par des publications d’extrême droite dont l’éthique est celle du caniveau, cette campagne soulève le cœur de toutes celles et ceux qui ont la démocratie au cœur et partagent une haute idée de la chose publique et du débat qui devrait en être la marque.

La Ligue des droits de l’Homme [...] salue le courage de celles et ceux qui ont choisi de ne pas suivre ce chemin de honte.

Elle assure la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, de sa solidarité face à des propos qui, au-delà de sa personne, visent la République, ses valeurs de fraternité et d’égalité.

Elle invite les citoyennes et citoyens à se mobiliser pour faire échec à tout ce qui vise à substituer la haine au débat, la violence à la raison, la xénophobie au vivre ensemble.

Pais, le 4 septembre 2014.

Communiqué de la LDH, fondée en 1898.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 18:03

Communiqué de la Ligue des droits de l'Homme :

Quand une démocratie est attaquée dans ses fondements, elle se montre forte quand elle applique ses principes. Elle est faible si, face aux extrémismes, elle les abdique.

Dieudonné a réussi ce tour de force : le Front national défend la liberté d’expression, alors que le ministre de l’Intérieur a déclaré vouloir interdire a priori son spectacle et lui sera en tournée dans de très nombreuses salles, notamment les Zéniths qui sont sous contrat avec l’Etat.

Or, en France, depuis le début du XXe siècle, la loi, et c’est heureux, ne permet plus l’interdiction a priori des spectacles. Dieudonné et ses zélateurs s’indignent donc de ce que l’Etat s’apprête à violer une liberté fondamentale, la liberté d’expression.

Tour de force, donc, que de se faire passer pour une victime quand on est celui qui a fait son fonds de commerce de l’agression systématique d’un groupe de personnes à raison de leur origine ethnique, de leur religion, et des horreurs qu’elles ont subies.

Dieudonné a pourtant tort de se revendiquer de la liberté de création pour justifier, dans ses spectacles, ses insultes antisémites, son apologie du révisionnisme, ce pour quoi la Ligue des droits de l'Homme s’honore de l’avoir fait condamner. Reste qu’il a toujours transformé ses procès en tribunes, organisant son insolvabilité de façon à échapper aux condamnations financières, qu’elles soient des amendes pour l’État ou des dommages et intérêts pour les associations qui, comme la Ligue des droits de l'Homme, l’ont poursuivi avec un succès qui reste théorique.

Le ministre de l’Intérieur, en cherchant à obtenir des préfets qu’ils interdisent ses spectacles, prend un risque d’une autre dimension, celui de fédérer autour de Dieudonné une sympathie réactionnelle de ceux qui se considèrent, pour des raisons qui peuvent par ailleurs parfaitement se comprendre, opprimés, socialement ou politiquement. Et auprès de ce public, le jeu ambigu, voire pervers, entre humour et haine, agression et victimisation, politique et show-business, peut marquer les esprits dans un sens particulièrement dangereux.

Dieudonné, dont les sympathies avec les thèses les plus extrêmes de la droite antisémite ne sont plus un mystère pour personne, met donc en défaut la démocratie, lorsqu’elle répond à la haine par une menace de restriction de la liberté d’expression.

La Ligue des droits de l'Homme rappelle donc que la règle qui doit prévaloir est la liberté, et que tout abus de celle-ci doit être condamné de façon ferme et efficace. La Ligue des droits de l'Homme et ses militants seront très vigilants et attentifs à ce que les propos de Dieudonné qui méritent une sanction pénale soient poursuivis, comme elle l’a fait par le passé, et elle engage vivement les pouvoirs publics à poursuivre les atteintes à la loi une fois qu’elles sont commises, plutôt qu’à se lancer dans des interdictions préalables au fondement juridique précaire et au résultat politique incertain, voire contreproductif.

Il est scandaleux que les associations parties civiles dans les procès qui ont été fait contre cet individu n’aient aucun moyen de le forcer à exécuter les condamnations, que les magistrats n’aient pas à ce sujet de plus amples pouvoir d’investigation, et prononcent donc des peines dont ils savent par avance qu’elle ne seront pas exécutées.

Puisque Dieudonné a fait son fonds de commerce de la haine, il faut qu’il soit condamné à chaque fois qu’il l’exprime, et que les peines prononcées soient effectives et décourageantes.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 11:34
Manifestation contre le racisme le 30 novembre

Les membres de l’association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (AFMD) inquiets et révoltés par cette banalisation d’agressions à caractère raciste et par les pratiques discriminatoires insupportables et ignominieuses encore actives à notre époque, condamnent les propos racistes de ces dernières semaines.
Le seuil de l’intolérable a été franchi.
Fidèles à la mémoire des résistants et des déportés qui ont lutté pour la liberté et la dignité de la personne humaine, nous demandons au gouvernement et au Parlement de prendre leurs responsabilités et de faire le nécessaire pour que cessent ces démonstrations de haine de l’autre et ces tentatives de banalisation de comportements et de paroles insupportables et inadmissibles.
Au-delà des personnes visées, c’est la République française dans son ensemble qui est atteinte. Une République qui rappelle dans le préambule de la Constitution de 1946, écrite et adoptée à l’issue des drames de la Seconde Guerre mondiale, que "tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés". Une République qui affirme que les êtres humains doivent "agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité" selon les termes de la Déclaration universelle des droits de l’homme votée à Paris en 1948 et ratifiée par la France.
C’est pourquoi l’association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (AFMD) soutient et appelle tous les citoyens à participer aux marches citoyennes et contre le racisme le 30 novembre 2013.

Plus d'information : http://marche30novembre.org/

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 18:10

Les associations et organisations suivantes se sont réunies, à Paris, le 14 novembre 2013.
anti-racisme.jpg
 

Elles appellent à la tenue d’une marche, à Paris et partout en France, dans l'hexagone et les outre-mer, le samedi 30 novembre 2013, pour faire barrage au racisme.



Signataires :

Collectifdom - CM 98 - Ligue des droits de l’Homme - SOS Racisme - Mrap

CFDT - CGT - Unsa - FSU - Union syndicale Solidaires - Unef - UNL - FIDL

UEJF - Ufat - R=Respect - Egam - Fnasat - Banlieues du Monde

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:53

Communiqué de la Ligue des droits de l'Homme :

La Ligue des droits de l'Homme a pris connaissance, avec stupeur, de la dernière une de l’hebdomadaire d’extrême droite Minute, qui vient ainsi se rajouter à la triste litanie raciste de ces dernières semaines.

Alors qu’elle réutilise les expressions contre lesquelles des milliers de personnes et d’élu(e)s de tous bords se sont élevés, à l’appel de la Ligue des droits de l'Homme , à Angers, ce lundi 11 novembre, c’est une nouvelle insulte, ouvertement et pleinement raciste, qui s’ajoute à une liste, déjà trop longue, de propos insupportables.

Une nouvelle fois, la Ligue des droits de l'Homme réaffirme son rejet de ceux qui spéculent sur la haine et des démagogues qui font preuve de compréhension. Il ne peut pas y avoir d’autre comportement que le combat contre ceux qui choisissent de définir des boucs émissaires pour alimenter des propos et des actes racistes.

Il s’agit de la République et de ses valeurs qui sont à chaque fois mises à mal et il appartient à chacun, citoyen(ne)s, médias et élu(e)s, de contribuer à mettre hors-jeu ces agressions répétées. Le poison du racisme qui mène à la désagrégation de notre société est à combattre sans relâche.

La Ligue des droits de l'Homme affirme son plein et entier soutien à madame la garde des Sceaux, Christiane Taubira.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 12:40

Communiqué de la Ligue des droits de l'Homme :

Juillet 2010 : le président de la République UMP Nicolas Sarkozy explique la délinquance par l'immigration incontrôlée et annonce l'expulsion massive des Roms.

Septembre 2010 : le ministre de l'Intérieur UMP Brice Hortefeux dénonce ces nomades qui roulent dans de grosses voitures de luxe...

Juin 2013 : l'ancien ministre UMP Christian Estrosi promet aux Gens du voyage de les « mater ».

Juillet 2013 : le député-maire de Cholet UDI Gilles Bourdouleix regrette qu’Hitler n'ait pas tué assez de Gens du voyage. Jean-Marie Le Pen lui-même n'avait pas osé... Et sa fille n'a même pas à en rajouter, pour préparer les moissons de 2014 et de 2017.

Ainsi le racisme ordinaire contamine-t-il sans cesse davantage jusqu'aux élus « décomplexés » de la République.

Jusqu'à quand ? Et que sera la prochaine avancée de l'instrumentalisation méthodique de la haine ? Un appel aux citoyens pour qu'ils passent eux-mêmes le célèbre « Kärcher » dans les banlieues ?

La crise sociale s'aggrave. Les discriminations, les contrôles au faciès, la stigmatisation demeurent. La vie dans les quartiers pauvres est pire qu'en 2005. Si l'on ne se décide pas à répondre enfin à cette urgence, les prétendues « dérives », en fait parfaitement assumées, nous rapprocheront toujours plus de l'inhumain.

La Ligue des droits de l'Homme condamne fermement ces propos et regrette que les précédentes plaintes qu'elle a déposées à l'encontre de M. Bourdouleix pour des propos de la même teneur n'ont pas connu de suite.

Par ailleurs, elle appelle les pouvoirs publics à ne pas se contenter de poursuivre les élus qui font l'apologie de crime contre l'humanité, mais à s'attaquer aussi, en actes et sans plus tarder, à l'injustice qui nourrit la bêtise et la haine.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 17:13

Traore-A.pngAfrik.com publie aujourd’hui un appel signé par 89 organisations et personnalités à l’initiative du collectif «Hair France, touche pas nos racines!», en faveur du steward Aboubakar Traoré sanctionné par Air France pour sa coiffure. Les signataires demandent notamment au gouvernement de Jean-Marc Ayrault de mettre un terme au racisme capillaire qui atteint aujourd’hui encore, en France, dans le monde du travail, les personnes d’origine africaine ou caribéenne.

 

Parmi les signataires figurent Lilian Thuram et sa fondation ainsi que plusieurs partis ou responsables politiques. Plusieurs associations sont également signataires, notamment la LDH Cayenne, les Sœurs unies pour Christ (Mali), la Faac, Sortir du colonialisme, Arcat Sida, le Cégom & Total Respect.

 

Plus d'info : cliquez ici

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 13:18

 brahim

                                                                 

                                           RASSEMBLEMENT

                           Mercredi 1er mai 2013, de 11h à 12h

                            au Pont du Carrousel, Paris 75001

 

 

Le 1er mai 1995, Brahim Bouarram, 29 ans, profitait d’une journée ensoleillée. Il ne savait pas que des mains criminelles allaient le précipiter dans la Seine et mettre fin à ses jours. Les auteurs venaient de quitter le défilé du Front national.

Dix-huit ans plus tard, les discours de stigmatisation, de discrimination et de rejet de l’autre ont fait tache d’huile. L'année dernière, ici même, nous avons été nombreux à exprimer notre espoir d'un changement de politique favorable aux immigré(e)s et leurs familles. Nous espérions une lutte plus affirmée contre les discriminations, et pour une citoyenneté à part entière. La promesse d'octroyer le droit de vote pour les étrangers, est aujourd'hui une promesse abandonnée, et la traque des sans-papiers continue avec toutes ses conséquences sur des femmes et des hommes de plus en plus fragilisé(e)s et abandonné(e)s.

L'instrumentalisation des débats sur l'Islam et la laïcité, conduisent à encourager la montée de l’intolérance et de la haine, alors que doit être encouragé le vivre ensemble démocratique.

Nous, citoyens et organisations fidèles aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, ne supportons plus que la République soit ainsi défigurée, la laïcité  instrumentalisée au service de la stigmatisation de millions de nos concitoyens.

Il est temps de dire notre refus de cette dérive dangereuse, de faire barrage à la lepénisation des esprits et des politiques. Oui, il faut barrer la route à l’extrême droite et aux populistes de droite, barrer la route aux idées de haine qui ont tué Brahim Bouarram.

C’est pourquoi toutes les organisations signataires, appellent à un rassemblement le 1er mai 2013, à Paris à 11h au Pont du Carrousel.

Pour rendre hommage   la m moire de Brahim Bouarram et   toutes les victimes des crimes racistes.

Pour dénoncer les discours  xénophobes qui mettent en danger les étrangers et discriminent les citoyens selon leurs origines ou leurs croyances.

Pour appeler à en finir avec tout ce qui, depuis des années, défigure la République.

Bouaram 

Premiers signataires :

LDH/ MRAP/ ATMF/ FTCR/ ASDHOM/ AMF/ ACDA/ GISTI/ UJFP/ Manifeste des libertés/ UTIT/ Sortir du colonialisme/ FASTI/  ATF/ Réseau Féministe Ruptures  / RESF/ Femmes Migrantes Debout/  MCTF/ CCSM/ La voix des FEMMES Migrantes/ CSP93/ Femmes Plurielles/ ADTF/ ATTAC/ Femmes Egalité / ACORT/ Féministes Algériennes Internationales/ FCSME/ AMDH/ REMCC/ Forum Palestine Citoyenneté / L INTER-CO/ AIDDA/  APCV/  CAPAB/ ACDR/  CSP92/ Alif sans papiers/ UNSP/  Droits Devants/ Union

Syndicale Solidaire/ F d ration SUD/ SUD Education/ FSU/ EELV/ Parti de Gauche/ PCF/ NPA/ FASE/ PSU/ PCOF/ Gauche anti-capitaliste/ JFP Alternatifs/

 

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 15:53

Communiqué de la Ligue des droits de l'Homme :

Provocation verbale assumée, retour du refoulé, dérapage soigneusement contrôlé ? Quelle que soit l’explication qu’on choisisse d’adopter, les propos du ministre de l’Intérieur reprenant une série de clichés détestables à l’encontre des Roms sont proprement  intolérables, comme ils le seraient vis-à-vis de toute autre population. Alors que les Roms, citoyens européens, devraient bénéficier de la législation en vigueur, ils se voient assignés à résidence à travers une expression dépréciative, inimaginable pour tout autre membre de l’Union européenne. La déclaration du ministre exprime par ailleurs, et sur un mode catégorique, une sorte de vérité révélée selon laquelle les Roms « ne souhaiteraient pas s’intégrer ». C’est ahurissant : jusqu’à plus ample informé, ce sont bien les enfants roms qui tentent de faire valoir leur droit à la scolarisation et certains maires qui les en empêchent, pas le contraire. Il y a, de la même manière, une certaine indécence à leur reprocher les actes d’incendies volontaires dont ils ont été les victimes…

La Ligue des droits de l’Homme tient à exprimer sa condamnation de propos tout à la fois inconséquents et lourds de conséquences, très éloignés de la circulaire interministérielle du 26 août 2012. Les populations roms, les défenseurs des droits et de la solidarité qui sont à leurs côtés, ont besoin de tout autre chose que de propos incendiaires. La LDH invite le gouvernement à inscrire son action dans le respect des droits fondamentaux et de la dignité des personnes.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 15:42

Tribune paruie dans Le Monde du 16/02/2013 signée par Amirouche Laïdi, président du Club Averroes ; Charles Aznavour, artiste ; Saïd Taghmaoui, acteur ; Fadila Mehal, présidente des Marianne de la diversité :

 

Huit mois que " vous président ", et déjà tant d'espérances nées du programme présidentiel restées lettre morte ! A l'époque, le candidat François Hollande n'avait cessé d'affirmer, pendant toute la campagne présidentielle, l'impérieuse nécessité de mettre fin au racisme et aux injustices, d'inscrire dans les faits l'égalité et la diversité, de lutter sans merci contre les discriminations qui marginalisent des pans entiers de la population, de promouvoir le vivre-ensemble garant de la cohésion sociale.

Il voulait que chaque enfant ait sa pleine place, dans la société, que chaque enfant reçoive une éducation d'excellence, que chaque enfant s'épanouisse dans ses potentialités singulières. Il voulait que chaque jeune ait un travail en rapport avec ses aptitudes particulières, que chaque jeune occupe un poste correspondant à ses compétences et à ses mérites, que chaque jeune apporte, en toute liberté et en toute responsabilité, sa contribution à l'intérêt général. Il voulait que chaque catégorie sociale soit équitablement représentée dans toutes les instances publiques, que les citoyens soient des acteurs à part entière, que chaque citoyen fasse vivre le pacte républicain.

Qu'en est-il aujourd'hui ? La diversité n'est, pour le pouvoir, qu'un arrière-plan folklorique d'une kermesse où les exclus reçoivent, de temps en temps, un lot de consolation. La vitrine est brisée, il ne reste rien sur les étals. Les jeunes diplômés de nos quartiers, soumis à vie à un examen perpétuel d'intégration, sont écartés des postes à responsabilité. L'élite ferme son cercle protégé à double tour.

Pourquoi ce plafond de verre ? La campagne à peine remisée, les expressions " diversité ", " vivre-ensemble ", " lutte contre les discriminations " ont disparu du discours présidentiel et de l'action du gouvernement. Aux oubliettes, la réforme sur le droit de vote des étrangers, la lutte contre le contrôle au faciès. Ces thèmes sont désormais tabous. Les quartiers populaires, connus pour leur abstentionnisme protestataire, ont voté au second tour, sans véritable enthousiasme, à 85 % pour François Hollande. Aujourd'hui, ils ne voient rien venir, sinon saupoudrages et mesurettes, poudre aux yeux et reniements, ils déchantent...

Les citoyens ultramarins et ceux issus de l'immigration, dotés de toutes les compétences requises, sont méthodiquement écartés des recrutements et des nominations des cabinets ministériels, de la haute fonction publique, du corps préfectoral et de toutes les sphères du pouvoir, comme s'ils n'avaient aucune existence. Ils sont systématiquement mis au ban. Ils n'ont droit qu'au déni. Les distinctions officielles sont réservées aux personnalités en vue. Les nominations dans les grandes institutions, comme la désignation des nouveaux membres du Conseil supérieur de l'audiovisuel, ne concernent que les personnalités établies, exit la diversité que représentait l'engagement de Rachid Arhab.

Le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes ne fait-il pas ouvertement l'impasse sur la diversité ? Les belles promesses se sont évaporées au lendemain de la victoire électorale. Les quartiers populaires se désespèrent. Le plafond de verre refoule des millions de citoyens. Les jeunes et les moins jeunes, malgré leurs diplômes supérieurs, se retrouvent massivement au chômage. Ils sont abandonnés, traités avec indifférence ou mépris. Où sont les mesures de lutte contre les discriminations annoncées ? Où est le vivre-ensemble proclamé dans les meetings par François Hollande candidat ? Qu'attend-on en haut lieu ? Une nouvelle révolte ?

La diversité est trop souvent réduite, dans les discours politiques, aux citoyens venus d'ailleurs. Il n'en est rien. Le peuple français s'est constitué, depuis des millénaires, par des couches ethniques successives venues des quatre coins de la planète, qui ont fait souche et fertilisé la culture nationale. Il n'y a pas de minorités, il n'y a qu'un peuple français aux multiples facettes, uni dans sa pluralité.

La diversité est au coeur de la démocratie. Les lois républicaines établissent légalité absolue de tous les citoyens. Il ne peut y avoir plusieurs catégories, plusieurs qualités de citoyens. Comprenons-nous bien, toute mesure tendant à introduire des différenciations entre les citoyens est frappée de nullité.

Faut-il rappeler cette phrase emblématique du Préambule de la Constitution : " Au lendemain de la victoire, remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d'asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaltérables et sacrés. "

Il ne peut y avoir de reconnaissance concrète de la diversité, de pratique réelle de l'égalité, de lutte efficace contre les discriminations que par un changement radical des politiques publiques. Les Français attendaient beaucoup de François Hollande dans ce domaine, la déception est à la mesure des engagements abandonnés. L'égalité et la diversité, formellement reconnues comme idéaux républicains, sont sans cesse reniées, ignorées, malmenées. Les citoyens attendent des actes et non des paroles démagogiques sans lendemain. Leur jugement se forge dans les injustices qu'ils subissent dans leur existence quotidienne.

A quoi a servi l'obscur Commissariat à la diversité et à l'égalité des chances créé, en grande pompe, par le précédent président ? Sinon à plonger la diversité dans le marécage des rapports et des promesses sans lendemain. Faut-il rappeler à François Hollande ses discours pendant le marathon des banlieues, quand il affirmait que les quartiers populaires n'attendaient pas un plan Marshall, " et pourquoi pas un plan Shérif ? ", disait-il, quand il a assené, avec une forte détermination, que le vivre-ensemble, sur le territoire français, était la capacité d'être dans le même cadre républicain, d'avoir les mêmes valeurs, les mêmes principes et les mêmes chances de réussir. Les Commissariats et les commissions superflus qui ne servent qu'à anesthésier la galerie, ça suffit !

Les promesses électorales du président François Hollande ne pourront être tenues qu'avec la création d'un grand ministère de l'égalité, de la diversité et de la lutte contre les discriminations, qui dispose de toutes les prérogatives et de tous les moyens pour mettre en oeuvre un plan national de l'égalité et du vivre-ensemble pour endiguer définitivement toutes les formes de discrimination.

Qu'attendez-vous, " vous président ", pour mettre en place ce ministère salutaire ?

 

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Racisme
commenter cet article

Présentation

  • : Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • : Présentation des actions de la LDH dans le sud du département des Hauts-de-Seine
  • Contact

Recherches Sur Ce Site