Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 08:56

interlgbt.jpgCommuniqué de l'Inter-LGBT :

 

« Procrastination Mollement Assumée » : ces mots ne sont pas de l'Inter-LGBT, mais du rapporteur de la loi sur le mariage pour tous, Erwann Binet, sans doute très agacé - comme nos associations - par les récentes interventions des ministres Marisol Touraine et Najat Vallaud Belkacem au sujet de l'ouverture de la PMA, procréation médicalement assistée, à toutes les femmes.


De multiples engagements en contradiction avec l'actuel discours gouvernemental

Nous étions peu habitués aux interventions de Marisol Touraine, ministre de la santé, sur la PMA sauf pour rappeler qu'elle était par le passé favorable à son ouverture à toutes les femmes. De même, Najat Vallaud Belkacem nous avait habitué à soutenir l'ouverture de la PMA à toutes les femmes ceci notamment au nom du candidat François Hollande lors de la campagne présidentielle.  Rappelons également que Jean-Marc Ayrault s'était engagé - au mois de Janvier dernier - à ce que la PMA fasse partie de la loi dite “famille”. Et que Dominique Bertinotti s’était également engagée à plusieurs reprises au printemps à y intégrer la PMA.

La reconnaissance de toutes les familles n'est pas une question bioéthique ou médicale

Mais voilà que, depuis une semaine, à 5 reprises sur 5 médias différents trois ministres ont justifié le fait que cette disposition ne relève pas des questions sociales et familiales mais - selon elles - des questions bioéthiques et médicales. La ministre de la famille allait même hier dans les colonnes du Monde jusqu’à conseiller aux députés socialistes de ne pas déposer d’amendement PMA lors de l’examen de son projet de loi.

L’Inter-LGBT rappelle avec insistance que l’accès à la PMA pour les couples de femmes n’est pas une disposition relevant des lois de bioéthique comme l’a très justement fait remarquer Erwann Binet à plusieurs reprises au sein de l’hémicycle durant le débat sur le mariage pour tous. L’Inter-LGBT rappelle que les questions relatives à la PMA avec tiers donneur ont été débattues lors des premières lois de bioéthique de 1994. Il a été décidé alors qu’il n’y avait pas d’opposition à ce que cette technique d’assistance médicale à la procréation soit légalisée et encadrée en France. La rupture du lien entre sexualité et procréation et l’avènement de la parenté d'engagement dans un cadre non adoptif ont donc été officiellement actés en 1994. L’ouverture de la PMA aux couples de femmes n’en est qu’un prolongement légitime qui ne remet aucunement en cause la décision prise à l’époque. En quoi serait-il moins “éthique” qu’une femme donne naissance à un enfant par le biais d’un don de sperme – dès lors qu’elle est en couple avec une femme plutôt qu’avec un homme ? En quoi le rôle et la place du donneur de sperme serait-il différent lorsque le second parent est une femme plutôt qu'un homme ? Sauf à considérer qu'un couple lesbien est moins apte à élever un enfant qu'un couple hétérosexuel, ce que toutes les études scientifiques réfutent. La loi du 17 mai 2013, en accordant l'adoption conjointe aux couples mariés de même sexe, a d'ailleurs implicitement reconnue l'égale capacité parentale des couples, quelle que soit leur orientation sexuelle.

La « loi famille » qui doit être présentée fin 2013 doit intégrer des dispositions visant à sécuriser la situation de toutes les familles dans leur diversité : familles recomposées, meilleur accompagnement des familles adoptives et des adoptés, prise en compte de la pluriparentalité, réforme de la filiation et de la médiation. Elle doit permettre de repenser la famille et de sortir d'un mensonge institutionnalisé depuis des années qui veut masquer - au sein de bien des couples hétérosexuels - l'existence d'un tiers donneur dans la création de leurs familles. Les lesbiennes qui font appel à une PMA assument, elles, leur choix et l'Etat se doit de sécuriser leurs familles. Il se doit également de leur donner en France un cadre sanitaire propice à la réalisation de leur projet parental. Il n'est plus soutenable que l'Etat continue de fermer les yeux sur celles qui vont aujourd'hui - dans des conditions psychologiques, financières et sanitaires difficiles - en Belgique ou en Espagne par exemple dans l'espoir de fonder un foyer.

L'Inter-LGBT en appelle une fois de plus aux parlementaires

Face aux renoncements successifs et à la grande frilosité du gouvernement en matière familiale et face au report de calendrier du CCNE, l’Inter-LGBT interpelle vivement les parlementaires progressistes et les invite à déposer sans attendre une proposition de loi sur l’ouverture de la PMA aux lesbiennes. La PMA a occupé une part importante des débats et des auditions du projet de loi sur le « mariage pour tous ». Plusieurs propositions de loi allant dans le sens d’un élargissement de l’accès à la PMA ont par ailleurs été déposées par le passé. Les parlementaires disposent donc de toute la matière nécessaire à une telle initiative. Les associations se tiennent à nouveau à disposition des parlementaires pour apporter leur expérience et leur expertise sur le sujet.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 09:01

libre-pensee.jpgCommuniqué de la Fédération nationale de la Libre Pensée :

 

La Fédération nationale de la Libre Pensée se félicite de l’adoption par le Parlement de la loi permettant le mariage pour tous. Elle enregistre que le Conseil Constitutionnel n’a pas fait obstacle à cette mesure législative.

 

Le soutien de la Libre Pensée à cette mesure s’explique par sa volonté de mettre en œuvre les principes d’égalité. Ou les droits sont les mêmes pour tous, ou il n’y a pas d’égalité en droits, comme le stipule la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789.

La force de la Révolution française et des principes de la République ont fait que nous n’avons pas eu à faire à une revendication communautariste, c’est-à-dire des droits différents pour une communauté différente. Ce qui aurait pu amener à une confrontation dans le pays.

Il ne s’agit pas du « mariage gay » comme l’ont appelé les forces de la réaction coalisée, il s’agit d’un droit identique pour tous. Au contraire, la revendication portée par l’Église catholique, les autres religions monothéistes et tout le ban et l’arrière-ban de la droite cléricale, en réclamant « une union civile » différente du mariage, était une revendication communautariste, qui aurait débouché sur des droits différents. Cela aurait provoqué des conflits entre citoyens, car il y aurait eu une source d’inégalité patente.

 

La Liberté, c’est l’Égalité !
Une fois franchi ce premier pas décisif, il convient que la République aille jusqu’au bout du principe d’égalité. Le droit à l’adoption doit être le même pour tous, quelle que soit la composition de la famille.

La Procréation Médicale Assistée (PMA) doit être ouverte à toutes les femmes quelles que soient les personnes qui constituent les couples. Son corollaire égalitaire, pour les hommes doit être aussi la Gestation Pour Autrui (GPA).

La Fédération nationale de la Libre Pensée récuse les arguments fallacieux sur la « mercantilisation » du corps des femmes en cette matière. Il suffira d’encadrer la GPA par les mêmes critères légaux que pour le don du sang, le don d’organes, les greffes ; pour interdire toute marchandisation.

 

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 12:34

choisirCommuniqué de la Ligue des droits de l'Homme : 

 

Bars gays saccagés, « chasse à l’homo », organisation systématique d'affrontements avec les forces de l’ordre, prise à partie personnelle des parlementaires, débats publics sabotés… La protestation contre le mariage pour tous, veut faire prévaloir la force sur le débat parlementaire, et sur le respect des engagements pris devant les électeurs. Elle recourt aux pires méthodes, et révèle son mépris du processus démocratique et l’homophobie qu’elle prétendait dissimuler, sous couvert de la « défense des familles ».

 

La Ligue des droits de l’Homme, qui a toujours soutenu le droit au mariage pour tous et l’adoption, sans considération de l’orientation sexuelle, comme des avancées fortes de l’égalité des droits, condamne avec force cette explosion calculée de violences. S'il est normal que les enjeux de société fassent débat, que les craintes et les refus s’expriment, et que la protestation s'inscrive dans l’espace public, en l’espèce, il s’agit de tout autre chose. Les organisateurs de ces manifestations construisent le cadre idéologique qui légitime les violences perpétrées contre les biens et les personnes. Ils fournissent un espace d’accueil et de rencontre à divers courants politiques et religieux de droite, historiquement marqués par leur haine de l’égalité, de la liberté et de la République. Cette stratégie de montée de la violence s’exprime également au sein de l’Assemblée nationale ; l’opposition marque ainsi son dépit, mais aussi sa disponibilité à des alliances sulfureuses, enjeux électoraux obligent.

 

La Ligue des droits de l’Homme s’inquiète de la conjonction de cette radicalisation avec la fragilisation politique induite par les suites de l’affaire Cahuzac. Elle demande au gouvernement de prendre conscience de l'exaspération de la population, toujours en attente des mesures de justice sociale et de rénovation éternellement remises à plus tard. Elle invite le président de la République et le gouvernement à en prendre la juste mesure, et demande  aux  citoyennes et citoyens de continuer à se mobiliser pour la légalisation du mariage pour tous. Au-delà, la Ligue des droits de l'Homme appelle à la plus grande vigilance face à toutes les provocations visant à affaiblir la République et délégitimer la représentation nationale.

 

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 14:31

interlgbt.jpgCommuniqué de l'Inter-LGBT :


L'Inter-LGBT dénonce la rhétorique guerrière et l'instrumentalisation du débat à des fins politiques des opposants au mariage pour tous

 

L’Inter-LGBT tient à exprimer son malaise devant la tournure que prend le mouvement d’opposition à l’égalité des droits en France. Dimanche dernier la manifestation anti-égalité a connu des débordements et faisait état, selon un communiqué des Sociétés de journalistes de plusieurs médias, d’une « ambiance délétère ». Depuis des mois, la mobilisation contre ce projet de loi d’égalité s’est construite sur la peur de « l’autre ». Elle n’a cessé de faire appel à des stéréotypes et des fantasmes autour notamment des familles homoparentales, et des enfants vivant dans ces familles que la très grande majorité des opposants à ce projet de loi n’ont jamais rencontré.


Une "dialectique guerrière" entretenue par les opposants au projet de loi

La communication des organisateurs est de plus en plus radicale, guerrière et légitime le recours à des actions violentes et anti-démocratiques dont ils disent ne pas vouloir assumer la responsabilité. Nous sommes en droit de nous demander contre qui et contre quoi ces manifestants sentent la nécessité de rassembler « une grande armée ». Serait-ce contre les enfants des familles homoparentales ? Contre les homosexuels qui s’aiment et veulent voir leur amour reconnu par la société ? L’Inter-LGBT ne cesse de le rappeler : cette loi n’enlèvera aucun droit aux familles hétéroparentales et aux couples hétérosexuels. Elle permettra par contre aux familles homoparentales, à leurs enfants et aux couples homosexuels de bénéficier de plus de sécurité face aux aléas de la vie. Elle ne définit pas une nouvelle norme, elle prend en compte la diversité des structures familiales existantes. Faut-il voir dans cette opposition de plus en plus virulente et irrationnelle l’expression d’un rejet viscéral de la diversité ?


L’Inter-LGBT et ses alliés défendent toutes les familles et tous les enfants, sans exclusion

L’inter-LGBT n’a eu de cesse d’être dans un dialogue constructif, inclusif. Il s’agit pour elle de défendre tous les couples, toutes les familles, tous les enfants – et d’expliquer concrètement la situation des couples et des familles homoparentales, les obstacles et les difficultés qu’ils/elles doivent affronter dans l’état actuel du droit français. Ces échanges, cet effort de pédagogie – que l’inter-LGBT a notamment déployé lors des auditions parlementaires à l’Assemblée Nationale et au Sénat – guide l’action de nos associations. Elles n’y dérogeront pas, quelle que soit la virulence et la rhétorique employées par leurs contradicteurs.


Face à l’instrumentalisation politique des débats, le Président de la République doit rappeler publiquement sa fierté de porter un texte utile à la société, progressiste et humaniste

L’Inter-LGBT note que la manifestation anti-égalité du 24 Mars s’est éloignée ostensiblement des propos même du projet de loi “Mariage Pour Tous” pour mobiliser plus largement contre le gouvernement français. L’Inter-LGBT déplore l’instrumentalisation de ce sujet par l’opposition parlementaire et par les organisateurs de cette manifestation – à des fins uniquement politiques. Les LGBT, leurs enfants, familles, amis et proches refusent d’être pris en otage par un mouvement de plus en plus politisé et par des responsables politiques qui trouvent là un prétexte inespéré pour se refaire une santé au détriment des principaux concernés. Elle enjoint le Président de la République de refuser de céder aux chantages proférés à des fins partisanes par les adversaires du projet de loi pour rappeler avec force que ce texte est porteur de progrès pour les LGBT, pour leur famille mais aussi pour la société française dans son ensemble. Seule la devise de la République doit guider l’action publique : Liberté – Egalité – Fraternité. Pour que les LGBT et leurs enfants soient enfin considérés comme des citoyens à part entière.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 20:17

Lu sur le Nouvelobs.com (extrait) :

 

Henri Caillavet, ancien député et sénateur du Lot-et Garonne (1946-1983), restera à jamais dans l'histoire française de la dépénalisation de l'homophobie et de la transphobie. Il est décédé ce mercredi à l'âge de 99 ans.
Henri Caillavet est sénateur (MRG) lorsqu'en 1981, il défend une proposition de loi au parlement. Son objet ? La lutte contre la discrimination "fondée sur l'homosexualité masculine et féminine" et sur "la transsexualité".  Dans l'exposé des motifs, le sénateur souligne (dans la terminologie de l'époque) que : "la douleur qui étreint les transsexuels est plus vive encore et le rejet de la vie active plus sévère également. C'est l'état civil "faussé", le prénom "déguisé", le premier chiffre fatidique de l'identification nationale qui font du transsexuel un citoyen traqué".
Puis, dans une seconde proposition de loi d'avril 1982, le sénateur Caillavet proposera que l'état civil des personnes "transsexuelles" soient mis en concordance avec leur apparence [...]. 
22 ans après, rien n'a réellement changé. En juillet 2012, le motif de discrimination à l'encontre de "l'identité sexuelle" est retenu. Le mot transphobie, lui, n'apparaît pas. Pourtant, il n'est pas aisé de vivre une transidentité. Non pas qu'être trans soit une pathologie, mais plutôt que l'ensemble des épreuves sociales et politiques que rencontrent les personnes trans aujourd'hui les empêchent d'avoir une vie vivable. (lire la suite)

 

-----

 

Extrait du communiqué de la Libre Pensée :

 

Henri Caillavet, homme politique, résistant, élu parlementaire, était un combattant de la liberté, militait, parallèlement à la Libre Pensée pour combattre les soumissions et les dogmes, et pour le respect de l’intégrité humaine en toutes circonstances. [...] Avec le droit des femmes à disposer de leur corps, son action à la CNIL et sa présidence à l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, il aura marqué l’évolution libertaire de la République. Animé d’une passion fraternelle, il n’imposait jamais sa thèse, mais acceptait le débat et la controverse, il refusait la soumission, y compris parfois des contraintes politiques. [...]

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 20:23

interlgbt.jpgCommuniqué de l'Inter-LGBT : 

En plein débat parlementaire sur le projet de loi visant à ouvrir le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe, le Premier Ministre contredit la Ministre de la famille, Dominique Bertinotti, et se contredit lui-même. Depuis le 3 janvier il a en effet annoncé une loi famille pour une présentation en Conseil des ministres le 27 mars. Une loi “famille” incluant l’ouverture de la Procréation Medicalement Assistée aux couples de femmes, et un vote avant fin 2013. Depuis le Cambodge il annonce, en contradiction avec ce que vient de dire Dominique Bertinotti au sein de l'hémicycle, que la loi famille et la PMA dépendaient de l'avis du CCNE (Comité Consultatif National d'Ethique) qui n'était pas en mesure de rendre ses conclusions avant plusieurs mois.
 
La date du 27 mars , confirmée jusqu'à aujourd'hui à de multiples reprises par plusieurs ministres dont Mr Alain Vidalies, Ministre des relations avec le parlement, serait donc caduque.
 
L'Inter-LGBT tient à rappeler que l'ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes est un engagement de campagne de François Hollande et du Parti Socialiste. La majorité des couples de lesbiennes fondent une famille en réalisant une PMA dans l’un des 11 pays européens qui leur en permet l’accès. L'Inter-LGBT a pris acte de la volonté du gouvernement de ne pas intégrer la PMA au projet de loi "mariage pour tous" même si elle continue de déplorer le long retard pris par rapport à un engagement clair de la campagne présidentielle.
 
Cette déclaration du Premier Ministre sonne comme une énième reculade.
 
L'Inter-LGBT rappelle avec insistance que l'accès à la PMA pour les couples de femmes n'est pas une disposition relevant des lois de bioéthique comme l'a très justement fait remarquer Erwann Binet à plusieurs reprises au sein de l'hémicycle ces derniers jours. En quoi serait-il moins “éthique” qu’une femme donne naissance à un enfant par le biais d’un don de sperme – dès lors qu’elle est en couple avec une femme plutôt qu’avec un homme ? Sauf à considérer qu’un couple lesbien est moins apte à fonder une famille qu’un couple hétérosexuel ? Comment Mr le Premier Ministre pourra-t’il s’enorgueillir d’une mesure d’égalité qui continuera à discriminer les homosexuelles – et les empêcher d’accéder à la parentalité tandis que leurs familles seront reconnues par la loi ?
 
Cette déclaration tombe au plus mal et ajoute de la confusion, en plein débat parlementaire et une semaine après la grande manifestation nationale pour l'égalité - l'égalité complète dont l'accès à la PMA pour les femmes était un des principaux mots d'ordres.
 
L’Inter-LGBT attend des clarifications et des explications de la part du Premier Ministre et demande à être reçue dans les plus brefs délais pour évoquer ce sujet.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 08:46

Communiqué de la Fédération LDH du 92 :

La fédération de la ligue des Droits de l’Homme des Hauts-de-Seine (LDH92) condamne les violences dirigées contre trois locaux du Parti socialiste situés dans des communes des Hauts-de-Seine, qui ont fait l’objet de jets de pierre dans la nuit de dimanche dernier.

 

Outre les vitrines brisées, des tags et des auto-collants portant des slogans hostiles au projet de mariage pour tous ont été retrouvés sur place selon les responsables des sections. Plus encore, la LDH 92 condamne fermement les propos clairement homophobes tagués sur les murs par les vandales et déplore que les responsables de ces dégradations n’aient d’autres arguments à opposer au projet de mariage pour tous.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 12:02

Didier Godard, ancien secrétaire de la section de Montrouge de la Ligue des droits de l'Homme, habite aujourd'hui en Bourgogne. Il est l'auteur de cinq ouvrages de référence sur l'histoire de l'homosexualité (il avait d'ailleurs tenu, à l'invitation de la section de la LDH, une conférence en 2005 sur ce sujet à Malakoff).


Didier Godard a interpellé récemment son député Alain Suguenot au sujet du mariage pour tous. Il vient de lui adresser une lettre-ouverte que nous reproduisons, afin de nourrir le débat sur la question.

 

-----

 

Monsieur le Député,
 
J'ai déjà eu l'occasion de vous interroger sur votre position concernant le mariage des personnes de même sexe.
 
Vous  m'avez répondu que vous y étiez hostile en raison de vos croyances religieuses.
 
Vous n'avez pas précisé quelle était votre religion, mais la réponse aurait été la même de la part d'un prêtre catholique ou d'un ayatollah iranien.
 
Le problème est que vous n'êtes ni prêtre, ni ayatollah, mais député d'une république laïque séparée de l'Eglise depuis plus de cent ans.
 
Vous êtes un homme de culture. A ce titre, vous ne pouvez prétendre ignorer la responsabilité écrasante de  votre  religion dans l'homophobie occidentale.
 
Les chrétiens dont vous êtes ont envoyé les homosexuels au bûcher pendant des siècles. Ils regrettent apparemment ce bon vieux temps et n'ont jamais exprimé la moindre repentance à ce sujet. Ils n'ont jamais élevé la voix contre la persécution des homosexuels par les totalitarismes fascistes et communistes du XXe sècle. On peut trouver, en cherchant bien, un ou deux évêques qui ont protesté contre le sort infligé aux juifs. Aucun, je dis bien aucun "responsable" chrétien, n'a jamais protesté conte la persécution des homosexuels. Au contraire, tout le discours de votre église sur l'homosexualité, et notamment celui du pape actuel et de son prédécesseur, a donné et donne encore, dans la mesure où il conserve une ombre d'influence, une apparence de justification à toutes les discriminations et à tous les crimes homophobes. S'il n'avait tenu qu'à vos pareils, je serais aujourd'hui livré aux sbires de ces bons chrétiens, partageant vos absurdes croyances religieuses, selon lesquelles la Terre était plate et le soleil tournait autour d'elle, qu'étaient Francisco Franco et Augusto Pinochet, qui pratiquaient la torture, autorisée par la papauté en Occident depui le XIIIe siècle.
 
Le christianisme dont vous vous revendiquez se présentait comme une religion d'amour. Il a été dans les faits une religion de haine et de persécution, dont les cathares, les protestants, les juifs, les sodomites, sans parler des femmes qui selon les "convictions religieuses" de vos pareils n'étaient pas censées avoir une âme, ont fait les frais.  Quand vous prônez la perpétuation des discriminations anti-homosexuelles, vous êtes pleinement solidaire de ce passé d'intolérance satsfaite d'elle-même, qui n'a rien à envier à celle des islamistes d'aujourd'hui, car elle est fondamentalement de la même obscurantiste nature, totalement opposée à toutes les valeurs des Lumières, des droits de l'homme et de la République dont vous êtes un élu. 
 
Dans une société française qui se voulait égalitaire, les homosexuels ont été, aux XIXe et XXe siècles, les derniers intouchables et les derniers parias.
 
La droite française de Pétain et de de Gaulle, sur ce point réconciliés, puisque de Gaulle, quand il a abrogé les lois de Pétain à la libération, a laissé subsister les dispositions homophobes introduites par Vichy dans le code pénal,  a fait ce qu'elle a pu pour qu'ils le restent.
 
Les avancées, sous Mitterrand, sous Jospin, sous Hollande, ont toujours été le fait de la gauche.
 
Sur ce sujet la droite française, depuis Vichy, n'a rien appris et rien oublié.
 
Vous tenez,  Monsieur le Député, à ce qu'en France les homosexuels restent des sous-hommes.
 
Vos  enfants, vos petits-enfants, votre postérité, quand l'histoire aura depuis longtemps tranché, comme elle l'a fait pour les juifs et pour les protestants, garderont de vous ce peu glorieux souvenir.
 
Mais si vous réussissez, demain, à empêcher le mariage gay, alors les homosexuels français seront fondés à envisager un exil sexuel vers la Hollande, l'Espagne, la Belgique, etc, plus honorable que l'exil fiscal du sieur Depardieu, comparable en fait à l'exil religieux des protestants sous Louis XIV, car votre obstination à refuser l'égalité aux homosexuels, paraîtra demain aussi grotesque et odieuse que l'obstination de vos semblables catholiques à persécuter les protestants au XVIIe siècle.
 
Veuillez agréer, Monsieur le Député, mes salutations républicaines.
 
Didier Godard

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 09:23

libre-pensee.jpgExtrait de communiqué de la Libre pensée :

 

La Libre Pensée rappelle qu'elle est pour que tous ceux qui souhaitent s’unir civilement - quel que soit leur sexe - puissent le faire librement. En matière d’adoption, de Procréation Médicale Assistée : tous les couples doivent être égaux.

Il ne saurait être question de nier une évidence scientifique : un enfant se conçoit à partir d’un élément « mâle » et d’un élément « femelle ».

Mais l’Eglise catholique, et à sa suite, toutes les religions monothéistes, commettent un abus de droit en indiquant que cela induit qu’il doit y avoir obligatoirement un « père » et une « mère » pour former une famille. On ne peut déduire que le fait de nourrir, élever, instruire, éduquer un enfant, et le conduire à son émancipation, impose qu’on le réduise à la conception biologique de sa naissance.

C’est pourquoi la Libre Pensée se prononce favorablement pour la Gestation pour autrui pour tous les couples, quelle que soit leur composition, qui n’ont pas d’autres moyens pour avoir des enfants, dans les mêmes règles que celles pratiquées pour le don du sang et des organes. : aucune mercantilisation du corps et de ses éléments.

La Libre Pensée rappelle à l’Eglise catholique que la forme des familles n’a cessé d’évoluer au cours des siècles. Ce qui était vrai hier, ne l’est plus aujourd’hui. Il suffit de lire « Le Chevalier, la Femme et le Prêtre » de Georges Duby pour s’apercevoir que la forme, revendiquée aujourd’hui par l’Eglise, du couple et du mariage s’est imposée autour de l’an mille, à la demande des seigneurs féodaux, pour fixer le cheptel des serfs.

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 10:44

Communiqué de la LDH :

 

La Ligue des droits de l’Homme appelle à participer aux manifestations et rassemblements qui, partout en France, s’engageront les 19 et 27 janvier 2013 pour l’égalité des droits et la reconnaissance du « mariage pour tous ». Au-delà du soutien à une revendication pour l’égalité, il s’agit de porter un coup d’arrêt à la convergence des partisans de l’ordre moral et d’opposants politiques en mal de revanche.

 

Depuis des mois, la plus grande partie de la droite, de l’extrême droite et un certain nombre de représentants des cultes, alliés aux intégrismes religieux les plus anti républicains, multiplient mensonges, menaces et discours apocalyptiques à propos du mariage pour tous, avec la prétention d’ériger leurs croyances en loi. Or, si les cultes ont parfaitement le droit d’avoir des vues particulières sur le mariage, la famille, la sexualité, il ne leur est pas loisible de corseter la liberté de conscience et de multiplier les discours de discriminations.

 

Pourtant, les amalgames haineux entre homosexualité, polygamie, pédophilie, les mises en garde contre la fin de l’humanité participent d’un indéniable fond homophobe. Arc-boutés sur une supposée loi naturelle, leurs auteurs se sont successivement opposés au divorce, à la contraception, puis à l’interruption de grossesse, enfin au Pacs… en agitant les mêmes arguments, les mêmes menaces. Il faut opposer un large front du refus à cette agitation de la haine et de la peur, sauf à renoncer à toute réforme, à tout engagement contre les discriminations, à tout projet de justice et de liberté.

 

Les évolutions de la société française montrent que la réalité est celle de la diversité de la composition des familles qui, depuis des décennies, ne repose plus sur un modèle unique. La reconnaissance juridique des couples de même sexe ne vient que confirmer un état de fait, et un principe d’égalité. Le mariage pour tous permet à celles et ceux qui le désirent, d’offrir la possibilité d’un statut juridique à des dizaines de milliers de couples et autant d’enfants vivant déjà au sein de telles familles. Les inquiétudes sur l’adoption sont infondées, car l’évolution législative proposée ne change pas les règles applicables en France en la matière. Elles resteront régies par la convention de La Haye, ratifiée par la France en 1998, qui prévoit que toute adoption est prononcée par un juge qui vérifie toutes les garanties nécessaires à la protection des droits de l’enfant. De plus, rappelons qu’elle est autorisée aux personnes célibataires, et que l’adoption ne peut être entravée en raison de l’orientation sexuelle du ou des demandeurs, qui reste indépendante du projet parental.

 

Rappelons enfin que vingt-deux pays disposent déjà d’une législation posant le mariage et l’adoption sans discrimination, comme l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Canada, neuf Etats américains, mais aussi en Europe : les Pays-Bas, la Belgique, la Norvège, la Suède ou le Portugal et l’Espagne. Dans chacun d’entre eux, la lutte contre l’homophobie, contre les discriminations, pour l’égalité entre les sexes, a progressé. Ni la « famille » ni la « protection des enfants » n’y sont mises en péril. La France ne sera donc pas pionnière sur le sujet, mais elle confirmera ainsi son attachement à une République laïque, fondée sur les principes de liberté et d’égalité.

 

La Ligue des droits de l’Homme appelle les citoyennes et citoyens à se mobiliser pour faire échec aux campagnes de haines, de peurs et d’exclusions, à soutenir le projet de mariage pour tous, et à faire entendre leur volonté de voir le progrès se poursuivre, dans le respect des lois et des valeurs de la République.

 

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Homo et transphobie
commenter cet article

Présentation

  • : Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • : Présentation des actions de la LDH dans le sud du département des Hauts-de-Seine
  • Contact

Recherches Sur Ce Site