Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 14:51

Lu dans Le Monde du 24/12/2011 (extrait)  :

 

Le boxeur marocain Zakaria Moumni restera en prison jusqu'en mai 2012. Ainsi en a décidé, jeudi 22 décembre, le tribunal de Salé, après que la Cour de cassation eut cassé en septembre le précédent jugement. Le verdict a surpris tous les observateurs. Beaucoup croyaient à une remise en liberté le jour même de l'ancien champion du monde de light contact, une discipline de la boxe thaïlandaise. Mais la justice marocaine s'est contentée de faire passer la peine de prison de Zakaria Moumni de trente-six à vingt mois.

Cela fait plus d'un an que l'homme, âgé de 31 ans, est détenu au Maroc. Le 27 septembre 2010, il est arrêté par la police secrète marocaine à sa descente d'avion alors qu'il arrive de Paris, où il réside, puis conduit au centre d'interrogatoires de Temara, l'un des pires du royaume.

Mis à nu, il est battu, torturé à l'électricité, empêché de dormir, privé de nourriture, ligoté sur une chaise ou maintenu à genoux douze heures consécutives, comme l'ont rapporté plusieurs organisations de défense des droits de l'homme, telles que la Fédération internationale des Ligues des droits de l'homme (FIDH), Human Rights Watch, Amnesty International ou encore l'Association marocaine des droits humains de Khadija Ryadi. Les tortionnaires lui hurlent : " Ici, c'est l'abattoir des hommes ! On va te tuer, personne n'en saura rien. Est-ce que tu as compris la leçon ? "

Quelques jours plus tard, au terme d'un procès qualifié par la FIDH de " particulièrement expéditif ", Zakaria Moumni est condamné à trois ans de prison pour " escroquerie ". Deux ressortissants marocains se seraient plaints qu'il leur avait soutiré de l'argent, en échange de la promesse d'un travail en Europe. Pour les ONG de défense des droits de l'homme, il ne fait aucun doute que le jeune boxeur a en réalité indisposé le Palais royal, et surtout le secrétaire particulier du roi, Mounir Majidi, pour avoir réclamé avec trop d'insistance un poste de conseiller sportif au ministère de la jeunesse et des sports. Poste auquel Zakaria Moumni pensait avoir droit, en vertu d'un décret royal datant de Hassan II, ce que le gouvernement conteste.

Me Abderrahim Jamaï, l'avocat du jeune homme, se dit " scandalisé " par le verdict du 22 décembre. " On maintient ce garçon en prison, en changeant une peine de deux ans et demi par vingt mois. Pour moi, c'est la même chose et ça reste une injustice ", a aussitôt déclaré cette figure célèbre au Maroc pour son combat en faveur des libertés, soulignant que cette affaire constituait " un désastre pour l'image du Maroc ".

Même réaction de l'avocat Patrick Baudouin, président d'honneur de la FIDH, qui qualifie cette condamnation de " prétexte " et de " sanction " autant qu'" un signal négatif en contradiction avec le discours officiel de respect des droits et libertés des citoyens marocains ".[...] 

Partager cet article

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans International
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • : Présentation des actions de la LDH dans le sud du département des Hauts-de-Seine
  • Contact

Recherches Sur Ce Site