Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 19:23

AI.gifDeux frères ont été arrêtés le 16 décembre à Tripoli. Il pourrait s’agir de prisonniers d’opinion, détenus uniquement en raison de l’intérêt qu’ils portent à la culture amazighe. L’un d’eux a signalé avoir été torturé en détention par les forces de sécurité libyennes. Tous deux risquent de subir des actes de torture à la prison de Jdaida, où ils sont détenus.

Les jumeaux Mazigh et Madghis Bouzakhar ont été arrêtés le 16 décembre à leur domicile de Tripoli, en Libye, probablement par des membres de l’Agence de sûreté extérieure, un service de renseignement du pays. Il semble qu’ils étaient soupçonnés d’« espionnage et [de] collaboration avec Israël et les sionistes ». Amnesty International pense que leur arrestation est due à leur appartenance au Congrès mondial amazigh et à d’autres activités perçues comme faisant la promotion de la culture amazighe (berbère). Ils sont actuellement détenus à la prison de Jdaida, où ils ont été transférés le 27 janvier. Madghis Bouzakhar a déclaré à son père qu’il avait été maintenu en détention à l’isolement et soumis pendant près d’un mois à des actes de torture et à d’autres mauvais traitements lorsqu’il était interrogé par des représentants de l’Agence de sûreté extérieure. Il a expliqué qu’il avait subi la torture de la falaqa (coups assenés sur la plante des pieds, avec un fouet ou un câble) et qu’il avait été roué de coups de bâton et de crosse de pistolet. Il a été interrogé à propos d’un article qu’il a rédigé sur les communautés amazighe et juive en Libye. Mazigh Bouzakhar aurait été injurié pendant qu’il était en détention. Leur père a dit craindre pour la sécurité de ses fils en raison des graves soupçons qui pèsent sur eux.

L’avocat commis d’office pour représenter les deux frères s’est officiellement renseigné à leur propos auprès des autorités le 19 janvier. Il lui a été répondu que les deux hommes étaient sous la responsabilité du parquet général. Toutefois, le 23 janvier, le parquet général a indiqué à l’avocat que Mazigh et Madghis Bouzakhar avaient été déférés au parquet de la Sûreté de l’État le 27 décembre. Cette information vient contredire une déclaration publiée par l’Agence de sûreté extérieure sur son site Internet le 12 janvier, qui indiquait que les deux hommes étaient sous la responsabilité du parquet général depuis leur arrestation, due aux soupçons de « travail et collaboration avec des services de renseignement étrangers » qui pesaient sur eux. Leur père a pu les voir deux fois dans un lieu inconnu en présence d’agents de sécurité, et une troisième fois le 31 janvier à la prison de Jdaida, après leur transfert. Leur avocat commis d’office ne semble pas avoir été autorisé à les voir ni à consulter leur dossier.

 

Plus d'informations sur le site d'Amnesty international

Partager cet article

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans International
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • : Présentation des actions de la LDH dans le sud du département des Hauts-de-Seine
  • Contact

Recherches Sur Ce Site