Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 15:33

r-sel.jpgCommuniqué du RéSEL :


Nous, associations et organisations du Réseau Stop aux expulsions, RéSEL, constatons que les mises à la rue ont commencé un peu partout en France et dénonçons l’inaction du secrétaire d’État au Logement face à la reprise et à l’augmentation prévisible des expulsions locatives, sans relogement, dans notre pays.

C’est dans ce contexte que les partenaires sociaux du 1% logement ont lancé une nouvelle version de la Garantie des Risques Locatifs (GRL), véritable serpent de mer de la garantie sur les impayés, depuis que les loyers ont atteint des niveaux élevés.

Contrairement aux affirmations du Secrétaire d’Etat au logement, la GRL est une mesure qui va accroître le nombre d’expulsions et les accélérer, car cette disposition est conçue pour garantir aux
bailleurs le paiement de loyers chers :
- Le bailleur est assuré sur les risques d’impayés lorsque le locataire consacre jusqu’à 50% de ses revenus au paiement du loyer. Le risque d’impayé est donc plus élevé,
- Les compagnies d’assurance prennent en charge la procédure d’expulsion, qui seront donc exécutées plus rapidement et donneront lieu à des poursuites incessantes par des sociétés de recouvrement.

La promotion de la GRL est mensongère, car elle laisse croire que les rapports entre les bailleurs et les locataires sont pacifiés alors que ces derniers n’ont jamais depuis le 19e siècle été soumis à une telle exploitation et une telle ponction sur leurs salaires.
Se posant en défenseur du droit de propriété absolu et de la rente locative, Mr Apparu soutient finalement tous les excès et les abus des bailleurs privés, sans prévoir la moindre contrepartie pour les locataires qui subissent non seulement les loyers les plus chers de notre histoire, mais doivent aussi affronter la crise sociale et l’érosion de leurs revenus.

La réponse à la crise du logement et à la hausse des expulsions passe notamment par un rééquilibrage des rapports locatifs :
- le retour à des niveaux de loyers et de prix conformes aux revenus des ménages dans notre pays,
- le renforcement de la stabilité résidentielle, dont les ménages modestes ont besoin,
- la remise à plat des garanties préalables exigées par les bailleurs
- un moratoire des expulsions et un relogement préalable

Le RéSEL a organisé les manifestations du 13 mars dans toute la France contre le retour des expulsions locative, et a revendiqué :
• Un moratoire sur les expulsions locatives ;
• Le droit à un logement stable, au lieu de la précarisation des locataires ;
• L’encadrement des loyers et des charges, la taxation de la spéculation immobilière, pour rendre le logement accessible à tous ;
• La réalisation massive de vrais logements sociaux ;
• L’application de la loi de réquisition
• Le refus de la marchandisation du logement social et l’abrogation de la loi Boutin.

Pour plus d’information sur le RéSEL : www.stopauxexpulsions.org

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Droits économiques et sociaux
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • : Présentation des actions de la LDH dans le sud du département des Hauts-de-Seine
  • Contact

Recherches Sur Ce Site