Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 14:03

Tribune de Dominique Guibert, secrétaire général de la Ligue des droits de l'Homme, parue dans l'Humanité dimanche du 22 décembre 2011 :

 

Dominique-Guibert-LDH.JPGDans un pays où les crédits destinés au logement d'urgence n'ont pas été entièrement consommés, il est proposé par un membre du gouvernement, Valérie Pécresse, d'affecter le solde à l'achat de gilets pare-balles... Une preuve, s'il en fallait, que ce pays va mal. Cela montre à quel point le fossé entre ceux qui gouvernent la France et le peuple est abyssal.


Dans ce pays, un ministre propose l'illégalité de détourner la finalité de certains fichiers électroniques pour gérer la fraude aux allocations sociales censée attirer les immigrés...
Dans ce même pavs, on généralise la délation et la création de véritables patrouilles miliciennes. Le nom de l'une est "participation citoyenne", le nom de l'autre "voisins vigilants"...
Enfin, un autre ministre a dénoncé la société d'assistanat et ses nombreux profiteurs, ces personnes qui, avec 500 euros de RSA par mois, grèvent le budget et nourrissent sans doute la dette.
Ces événements sont assez éclairants de l'écart avec le réel.
Reprenons-les.
L'urgence sociale. L'un des derniers rapports de la Cour des comptes souligne sévèrement la faiblesse des moyens pour faire face à l'urgence en matière de logement. Toutes les associations qui agissent sur ce terrain savent que la majorité des arrivants dans le sans-logement ou le mal-logement sont des familles de "travailleurs pauvres" qui vivent dans l'attente angoissée d'un lendemain sans visibilité. La crise est sans doute pour tout le monde, mais à tout le moins la vulnérabilité est différentielle.
L'accueil des étrangers. Les rapports des experts soulignent que l'immense majorité des migrations sont intrazones et que les immigrés, réfugiés, demandeurs d'asile, dont on dénonce le nombre, ne sont qu'une minorité qui lie deviennent des « sans-papiers » que devant la contraction des conditions d'accueil qui leur sont faites, alors même qu'ils ne prennent ni le travail, ni la place de personne. À moins de dire que le partage se fait à due concurrence entre les pauvres et les très pauvres, les - sans-papiers » sont une construction politique, pas un résultat d'une invasion
sauvage.
Le contrôle social généralisé. Alors que les services publics subissent les coupes claires de la révision générale des politiques publiques (RGPP). v compris même les services de sécurité, quel meilleur moyen de faire d'une pierre deux coups que celui de faire de la population les acteurs de la surveillance de proximité puisque l'on a supprimé l'idée que la police du même nom servait à quelque chose? Se dessine alors un triptyque: le développement des fichiers électroniques débarrassés des contraintes pourtant voulues par le législateur: l'organisation d'une surveillance de premier niveau par l'enrôlement de la population dans le contrôle mutuel: enfin l'utilisation militarisée de la police et de la gendarmerie.
L'assistanat social. Haro sur la fraude ! Les chiffres des organismes sociaux démontrent pourtant qu'elle est faible par rapport aux fraudes organisées par les vrais délinquants et celles perpétrées par des employeurs indélicats. Et tout dernièrement, le rapport de la commission d'évaluation du RSA a souligné que la majorité des bénéficiaires potentiels du RSA activité ne font pas la demande et qu'une forte proportion de celles et ceux qui pourraient prétendre au RSA socle l'ignorent... Et le ministre menteur peut parler des droits et des devoirs et de la conditionnalité des uns par rapport aux autres, alors que les faits n'en montrent pas la matérialité.
Dans cette France du nouveau mensonge déconcertant, on peut craindre que s'installe une société des inégaux, où les 10 % des ménages les plus riches posséderont 50 % des richesses alors que 50% des ménages les plus pauvres ne posséderont que 10% des richesses. Sans parler de l'infime minorité des 0.1 % de prédateurs qui concentrent une telle masse de revenus et de patrimoine que le sens commun n'arrive pas à percevoir l'utilité sociale d'une telle accumulation. Or, pour protéger les uns de la rage des autres, il faut faire croire que les uns et les autres ont une identité commune à défendre. Et pourtant comment faire société si les comportements prédateurs des uns sont si éloignés de la survie des autres ? Comment oser parler de cohésion sociale à retrouver quand la crise fait le bonheur de quelques-uns et le malheur de tous les autres ? Quand la concentration des richesses est telle qu'il ne peut plus y avoir de valeurs communes ? Quand la dérisoire équation des revenus est que les uns gagnent en quelques heures ce que certains mettent une année à gagner?
Il y faudra de la solidarité pour que l'on retrouve des égaux dans la société. C'est du charabia de "bonnes âmes" me dira-t-on? Être une bonne âme qui s'occupe des pauvres diables, ça me plaît bien. Pas vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Droits économiques et sociaux
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • : Présentation des actions de la LDH dans le sud du département des Hauts-de-Seine
  • Contact

Recherches Sur Ce Site