Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 08:56

A l’occasion des élections régionales, le Comité régional Ile-de-France de la Ligue des droits de l’Homme a adressé 4 questions à 9 têtes de liste régionale.
Trois listes ont accepté de répondre : Cécile Duflot (Europe Ecologie) et Oliver Besancenot (NPA) ont répondu aux 4 questions. Pierre Laurent (Front de gauche) a envoyé son programme en précisant que les réponses à nos questions s’y trouvaient.
Alain Dolium (Modem), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République), Jean-Marc Governatori (Alliance Ecologiste Indépendante), Jean-Paul Huchon (PS), Jean-Pierre Mercier (LO) et Valérie Pécresse (UMP) n’ont pas souhaité répondre à nos questions.
Parmi ces questions, l'une interrogeait sur leur avis sur le déploiement de caméras de vidéo-surveillance dans les espaces et équipements publics (notamment les lycées) du Conseil Régional.
Les deux listes ayant répondu s'y opposent. Pour Cécile Duflot (Europe écologie), "la vidéosurveillance, que certains voudraient renommer vidéo-protection (comme si une caméra pouvait protéger d’une agression) fait l’objet d’un aveuglement sécuritaire dans notre pays. L’expérience britannique, pays où les caméras ont été massivement déployées, devrait pourtant nous alerter. Malgré un coût prohibitif (les caméras parisiennes coûteront en moyenne 65.000 euros à l’installation), leur efficacité est extrêmement limitée. Les violences récentes à Thiais ont montré leur inefficacité à endiguer la violence. Nous préférons déployer des moyens humains aux dispositifs coûteux et inutiles. Si nous ne sommes pas opposés à l’installation de quelques rares caméras, dans des problématiques de sécurité très définies et restreintes, les systèmes de vidéo-surveillance, notamment sur voie publique sont à prohiber. Les lycées ne doivent pas de replier sur eux-mêmes, mais au contraire s’ouvrir sur la société".


Olivier Besancenot milite pour sa part "le démantèlement de tous les réseaux de vidéo-surveillance. Nous sommes contre la société du fichage, de la surveillance à outrance, du déni des libertés publiques et individuelles. De plus, la vidéo-surveillance ne présente aucune efficacité contre les insécurités. Pour nous les raisons de l’insécurité sont avant tout sociales et c’est à ces problèmes qu’il faut s’attaquer, pas prétendre les régler par la surveillance généralisée. Au moment même où par exemple dans l'éducation nationale, on a supprimé des dizaines de milliers de postes ces dernières années, on ne peut prétendre apaiser les collèges et lycées par des mesures de surveillance ou de « flicage »..."

Pour aller plus loins sur ce sujet, lire l'article de Libération du 17/02/2010 qui s'interroge pour savoir si les caméras seraient vraiment la solution miracle face aux problèmes de violence à l'école

Partager cet article

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge - dans Sécurité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • : Présentation des actions de la LDH dans le sud du département des Hauts-de-Seine
  • Contact

Recherches Sur Ce Site