Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 15:39

Attac.gifAttac 92 invite à sa prochaine réunion-débat à Montrouge (à la Maison des Associations, 105, avenue Aristide Briand), le jeudi 2 février  à 20h30, sur le thème :"Drogues et toxicomanies : quelle politique ?"

 

Cette réunion-débat se tiendra avec Philippe Adrien journaliste et médecin.

                                                            

Tout se passe aujourd’hui comme si, en France, le débat public et politique sur les drogues était devenu impossible.

 

 Les drogues constituent à l’évidence un problème social. Elles font peur, et légitiment par là même les discours et les dispositifs les plus répressifs.

 

Pourtant, fumer un joint dans la rue, avaler une pilule d’ecstasy lors d’une soirée, prendre de la cocaïne en diverses occasions, sont des conduites répandues aujourd’hui dans tous les milieux sociaux.

Sans doute les drogues peuvent être dangereuses, en particulier parmi les adolescents, comme les accidents de la route, les tentatives de suicide, les actes de violence, mais aussi les contaminations par VIH nous le montrent.

 

Cependant, c’est le cas de toutes les drogues, alcool et tabac compris. Et n’est-il pas réducteur de considérer simplement les consommations de produits modificateurs des états de conscience en termes de dangerosité (des substances, des usages, des incitateurs), sans prendre en compte le fait qu’elles sont des supports de sociabilité, sources de plaisirs, d’échanges et d’expérimentations ? 

 

Comment sortir de cette schizophrénie collective ? Elle produit des blocages là où il faudrait agir. Il est nécessaire de porter un autre regard sur les drogues, plus pragmatique, mieux informé.

 

La « guerre à la drogue » est un échec.

Pour l’hebdomadaire britannique The Economist,  qui constate que « la guerre contre les drogues est une catastrophe, puisqu’elle a créé des Etats défaillants dans le monde en développement sans parvenir à enrayer la consommation dans les pays riches », « la moins mauvaise des solutions est de légaliser les drogues ». Contrairement aux idées reçues, cela n’entraînerait pas d’augmentation de la consommation. L’action publique serait réorientée vers la réduction des risques et la prévention des abus, comme le Portugal, entre autres pays, en donne l’exemple réussi.

Qu’en pensez-vous ? Venez en discuter

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Section LDH de Bagneux-Malakoff-Montrouge
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • Ligue des Droits de l'Homme : LDH Bagneux-Malakoff-Montrouge
  • : Présentation des actions de la LDH dans le sud du département des Hauts-de-Seine
  • Contact

Recherches Sur Ce Site